Mise à jour Windows 10…

Bon, j’ai hésité un moment… Puis j’ai décidé de forcé la mise à jour vers Windows 10 sur mon Asus Zenbook UX31A, précédemment installé en Windows 7 Pro 32 bits.



La mise à jour en elle-meme s’est bien déroulée. Pas d’erreur, pas de problèmes, à part un écran un peu “lent”. Après un redémarrage, c’est la que les choses ont comencés à se gater…

Je tiens tout d’abord à préciser que je test Windows 10 en VM sur mon PC Debian depuis 4-6 mois. Pas de soucis, j’était satisfait, d’ou la décision de faire la mise à jour (qui ne m’était pas proposée, mais que j’ai forcé). Et c’est la que la déception est arrivée.

Les problèmes obtenu:
– résolution désastreuse. Sur ma dalle 13,3″, en 1920×1080, la netteté de la moitié des applications s’est totalement détériorée (Skype, par exemple). J’avais l’impression de me retrouver sur un écran en 640×480…
– des lenteurs sur les applications (j’ai un I7 portable, 256Go de SSD, 4GO de RAM, bref, un ordinateur pas si mauvais que ca…). Mobaxterm a mis plus de 2x le temps habituel à se lancer, ou des latences pour écrire, effectuer un simple ssh…
– le touch pad “inversé”, et impossible de le reconfigurer

Bref… Je suis resté sous Win 10 durant 2h, le temps de faire le tour… Et j’ai réaliser que cette fois encore, malgré les 6 ou 9 mois de beta test, Microsoft nous avait sorti un système pas abouti, avec trop de bug pour se permettre de l’utiliser en production… Je vais finalement faire ce que j’avais prévu… Attendre 6-9 mois, attendre que le SP1 sorte, que tout le monde se soit cassé les dents, et après seulement, je retenterais l’expérience.

Donc j’ai utilisé la meilleure fonctionnalité qu’ils aient inventé, à mon sens… Le rollback vers Windows 7…. Au moins ça, çà marche…

Olivier, qui a testé, mais qui n’y retourne pas (encore)…

Le renouveau …

Dernière mise à jour du blog… août 2012… Oula, quand même… 3 ans… 3 ans ou je n’ai pas posté sur mon blog…



3 années durant lesquels je me suis pleinement investi dans mon entreprise, la société Visionweb SAS… Mais la belle aventure s’est arrêtée le 3 juillet 2015, avec la mise en liquidation de l’entreprise, suite à des problèmes de trésorerie.

Du coup, outre les 3 années de mise à jours de WordPress à faire (ça, c’est maaaaal), il est temps de revenir pleinement à la gestion de mon blog… On commence par les mises à jour, on en profite pour désactiver les modules pourris pas mis à jour… On change de thème, on mets à jour le CV, ma présentation… On vérifie le SEO, on mets à jour les signatures de mails…

Et surtout, on réfléchi aux prochains posts qu’il va falloir poster! Dans ces prochains mois, 2 sujets vont retenir mon attention, et donc vous allez avoir des nouvelles:

  1. Ada
  2. Le cloud d’OVH

Pourquoi Ada? Je pense que la moitié des développeurs n’ont jamais entendu parlé d’Ada, et l’autre moitier, cela ne leurs rappel que de (très) mauvais souvenir… Et pourtant, c’est un langage qui continue d’évoluer. C’est un langage complexe, mais performant, multi-plateforme, stable et fiable. J’ai donc décidé de m’y investir à 200%

Pourquoi le cloud d’OVH? Parce que la nouvelle solution, qu’ils sont en train de développer, et qui est sortie il y a quelques semaines à un réel potentiel. Mais je vous donnerais plus d’informations prochainement 😉

En attendant, je profite de mes derniers jours sur l’île d’Oléron, ou je finis de fermer mon entreprise, passe du temps avec mon ami Stéphane, et remet de l’ordre dans pas mal de choses…

A bientôt pour la suite, et promis, ce ne sera pas dans 3 ans 😉

Configurer le raid sur un HG 2011 hybrid by OVH

Après des très long mois sans post, me voici de retour, avec un nouveau joujou, un HG 2011 Hybrid de chez OVH. Un véritable monstre:

  • Intel Bi Xeon E5630 2x4x2(HT)x2.53+ GHz
  • 48 Go DDR3 ECC
  • 64 bits
  • 2x 120 Go -Intel SSD 320 + 2x 1000 Go – SAS
  • Mega RAID 6 Gb/s avec batterie de secours – RAID HARD 0/1/5/6/10/50/60
  • 10 Gbps Lossless

Bref, de quoi faire un très joli serveur de virtualisation, entre autre. Il faut maintenant le configurer, et le préparer pour qu’il soit pleinement fonctionnel. En effet, une fois livré, l’installation ne se fait que sur les disques SSD. Il faut donc configurer les disques SAS.

De plus, comme j’utilise proxmox pour ma virtualisation, je vais préparer mon infrastructure, afin d’avoir:

  • 90 Go pour mon / sur sda1 (SSD)
  • 30Go pour le SWAP sur sda2 (SSD)
  • 1To pour les VM (/var/lib/vz) sur sdb1 (SAS)

Cette configuration permets d’avoir un SWAP très rapide, et donc pouvoir virtualiser la RAM très facilement, en limitant les pertes. pareil pour le serveur principal, qui sera sur le SSD, donc très rapide et fiable. Sachant que tant sda que sdb seront en raid 1 (pour le moment, je passerais sdb en raid 5 ou 6 le jour ou j’aurais besoin de plus d’espace, ce que permets les HG d’OVH).

Nous allons donc configurer notre sdb afin qu’il soit utilisable sur notre système.

On commence par faire une mise à jour du système



aptitude update && aptitude safe-upgrade

On utilise ensuite parted pour formater le disque

aptitude install parted # parted /dev/sdb GNU Parted 1.8.8 Using /dev/sdb Welcome to GNU Parted! Type 'help' to view a list of commands. (parted) #mklabel New disk label type? [gpt]? #gpt (parted) #mkpart Partition name? []? #vz File system type? [ext2]? #ext3 Start? #0 End? #-1 (parted) #set 1 lvm on (parted) #p Model: LSI MR9260-4i (scsi) Disk /dev/sdb: 1000GB Sector size (logical/physical): 512B/512B Partition Table: gpt Number Start End Size File system Name Flags 1 17,4kB 1000GB 1000GB vz lvm (parted) #quit

Maintenant que nous avons notre partition qui est prête, nous devons la monter, et la préparer pour LVM (je me suis aidé du blog de Toorop pour cette partie: http://blog.toorop.fr/howto-openvz-ovh-hybrid-ssd/, avec cependant quelques différences, liée au système utilisé).
On commence par créer le volume logique (sda étant le raid SSD, nous utilisons sdb pour nos disques SAS):

pvcreate /dev/sdb1

Puis le groupe de volume:

vgcreate vzvg /dev/sdb1

On vérifie que ce soit bien fait, et on valide l’espace que l’on a disponible:

vgdisplay

Affiche chez moi:

vgdisplay
— Volume group —
VG Name vzvg
System ID
Format lvm2
Metadata Areas 1
Metadata Sequence No 5
VG Access read/write
VG Status resizable
MAX LV 0
Cur LV 1
Open LV 1
Max PV 0
Cur PV 1
Act PV 1
VG Size 931,00 GB
PE Size 4,00 MB
Total PE 238335
Alloc PE / Size 230400 / 900,00 GB
Free PE / Size 7935 / 31,00 GB
VG UUID 8MCCFR-xccN-WFdz-rTyc-Bg57-73y7-ue0TSY

Pas mal la bête… On va donc utiliser 900Go pour notre partition:

lvcreate -L 600G -n vz vzvg

On formate en ext3 (choix personnel. Vous pouvez faire du reiserfs, ou autre. J’aurais préféré ext4, mais dans Lenny, c’est galère…):

mkfs.ext3 /dev/vzvg/vz -l vz

Il nous reste plus qu’a monter notre partition au bon endroit (ce qui signifie cependant récupérer nos fichier précédent):

mkdir /mnt/tmp
mount /dev/sysvg/vz /mnt/tmp
cp -pr /var/lib/vz/* /mnt/tmp/
unlink /vz
rm -rf /var/lib/vz/*

On ajoute les données dans fstab:

/dev/vzvg/vz       /var/lib/vz     ext3    defaults        1       2

On monte le tout:

mount -a

Et on supprime ce qui n’est plus nécessaire:

umount /mnt/tmp
rm -Rf /mnt/tmp

On recrée le lien symbolic pour Opnevz:

ln -s /var/lib/vz /vz

Il nous reste plus qu’a tester le tout:

vzctl create 101 --ostemplate debian-5.0-minimal_5.0_i386
Creating container private area (debian-5.0-minimal_5.0_i386)
Performing postcreate actions
Container private area was created
vzctl start 101
Starting container ...
Container is mounted

Et voila… Un petite bête de course entre les mains… Il ne reste plus qu’a tout configurer et transférer 😉

Connexion 3g – changement d’ip a chaque connexion…

Si comme moi vous devez vous connecter avec votre téléphone portable (je le fais, en attendant de recevoir mojn ADSL au bureau…), vous avez peut être le même souci… Bouygue (via l’offre B and You) me propose un 3g en moden illimité… mais dont l’ip change quasi à chaque pas… Et comme certains sites ont des sessions basées sur l’ip, c’est vraiment la galère…

La solution? Elle est simple… Il vous suffit d’avoir un serveur dédié (en l’occurence, je passe par un geovks mis gratuitement à disposition par OVH), et de lancer cette commande en ligne de commande (et oui, désolé, cette astuce ne fonctionne que sous Linux et Mac… Mais je vous donnerais un lien en fin d’article pour les personnes sous Windows, promis!):

ssh -D XXXXX user@ip-du-serveur-distant

Avec:
XXXX le port que vous souhaitez en local
user: le nom du user pour vous connecter
ip-du-serveur-distant: l’ip de votre serveur

Et dans votre navigateur, vous configurer le proxy en mode “socks”, avec le port choisi (XXXX). A partir de la, votre navigateur va passer par le tunnel SSH pour accéder à internet. Ce qui permets en même temps de sécuriser les données sur une certaine distance.

Et si vous ne voulez pas entre votre mot de passe à chaque fois que vous lancez la commande, pensez à un ssh-copy-id (après avoir générer les clés, évidemment).

Bon surf 😉

P.S pour les windowsien: http://adioss.fr/2010/01/16/tunnel-ssh-et-proxy-socks/

Récupérer fichiers récursif via ftp en ligne de commande

Oula, ca fait un titre long… Je ne savais pas comment l’expliciter mieux… J’avais un besoin particulier, récupérer un site d’environ 20Go sur un serveur distant, depuis un de mes serveurs… C’est à dire pas d’interface disponible, et uniquement un accès ftp (certains hébergeurs ne connaissent pas le SSH chroot…). Ok, soit. Je test mget… Pas de bol, je dois faire chaque répertoire à la main…

Et la, la commande magique…

wget -r -N -l 100 ftp://user:pass@url...

Et ca fonctionne, et plutôt pas mal J’ai eu un pic a 60Mbps au début, et la, je suis redescendu à 30Mbps. Surement une limitation de l’hébergeur distant (ayant une carte 10Gbps et 1Gbps de bande passante sur mon dédié, je doute que ce soit moi…). Reste plus qu’a patienter…

Edit Maj. J’ai modifié un peu ma commande, en rajoutant -N -l 100 dans les paramètres. -N me permets de ne transférer que les fichiers mis à jour, et -l lui dit de naviguer sur 100 niveau. Cela me permets de mettre a jour un site de 5Go en moins de 10min (ayant peu de modification, évidemment)